Vatican: l’ancien pape Benoît XVI est mort

Faites connaître cette histoire au monde entier
Le pape émérite Benoît XVI est mort ce samedi à l’âge de 95 ans. Il avait dirigé l’Église catholique de 2005 à 2013, et a été le premier souverain pontife à renoncer à son saint-office en six siècles. Ses funérailles auront lieu jeudi prochain au Vatican.

Benoît XVI s’est éteint ce samedi 31 décembre, au monastère Mater Ecclesiae, au cœur des jardins du Vatican, où il vivait depuis le 11 février 2013, date de sa renonciation à la papauté.

« J’ai la douleur de vous annoncer que le pape émérite, Benoît XVI, est décédé aujourd’hui à 09H34, au monastère Mater Ecclesiae, au Vatican. D’autres informations vous seront communiquées dès que possible », a annoncé dans un communiqué le directeur du service de presse du Saint-Siège, Matteo Bruni.

Âgé de 95 ans, Benoît XVI, de son vrai nom Joseph Ratzinger, vivait à l’abri des regards. Il s’était retiré dans une petite maison à l’ombre de la coupole de Saint-Pierre comme le vieux moine sage qu’il avait toujours rêvé d’être. Et bien qu’il continuait de recevoir des visiteurs, il était apparu de plus en plus fragile ces derniers mois.

En effet, la santé du théologien allemand s’était considérablement dégradée ces derniers jours. Mais le Vatican avait indiqué vendredi que son état était « stationnaire » et qu’il avait “participé à la célébration de la messe dans sa chambre” jeudi.

Vatican: l'ancien pape Benoît XVI est mort
Le pape Benoît XVI et le pape François.
“Funérailles présidées par le pape François”

Le corps du 265e pape sera exposé dès  lundi matin dans le cadre solennel de la basilique Saint-Pierre.  Les fidèles pourront ainsi le saluer et lui rendre hommage.

Ses funérailles auront lieu à Rome, au Vatican. Elles seront présidées par son successeur, le pape François. Un événement inédit dans l’histoire deux fois millénaire de l’Église catholique. Et des dizaines de milliers de personnes pourraient assister, dont des chefs d’Etat..

Par ailleurs, le décès de Benoit XVI vient de mettre fin à la cohabitation insolite de deux hommes en blanc : l’Allemand Joseph Ratzinger, brillant théologien, et l’Argentin Jorge Bergoglio, jésuite doté d’une parole incisive.

Benoît XVIà la basilique Saint-Pierre de Rome, en 2014.
Benoît XVIà la basilique Saint-Pierre de Rome, en 2014.
“Le pape qui a démissionné”

Né en 1927, Joseph Ratzinger a enseigné pendant 25 ans la théologie en Allemagne avant d’être nommé archevêque de Munich. Il est ensuite devenu gardien du dogme de l’Église à Rome à la tête de la congrégation pour la doctrine de la foi. Puis pape pendant huit ans (2005-2013), succédant au charismatique Jean-Paul II.

Les huit années de son pontificat sont marquées par de multiples scandales d’abus sexuels, commis sur des enfants par des prêtres et souvent couverts par leur hiérarchie.

Ces scandales l’ont finalement rattrapé en février 2022. En effet, un rapport publié en Allemagne l’accusait sur sa gestion de l’Église lorsqu’il était archevêque de Munich. Ce rapport a surtout pointé du doigt son « inaction » face à des violences sexuelles sur mineurs. Il était cependant sorti de son silence pour demander officiellement « pardon » mais avait assuré ne jamais avoir couvert de pédocriminel.

Sa renonciation en février 2013, annoncée en latin, fut une “décision personnelle liée à ses forces déclinantes”, un geste historique qualifié par les vaticanistes de « très moderne ».

Par ce geste inédit en six siècles, il a ouvert la voie à ses successeurs dont les forces viendraient à décliner.

Quoi qu’il en soit, Benoît XVI restera dans les mémoires comme le premier pape en six siècles à avoir renoncé à son saint-office, remettant ainsi en cause un tabou de l’Église catholique : l’élection du pape à vie.

Benoît XVI à Cuba, en 2012.
Benoît XVI à Cuba, en 2012.
Faites connaître cette histoire au monde entier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *