Meghan Markle poursuivie en diffamation: un juge ordonne à la femme du prince Harry de témoigner dans le procès intenté contre elle

Faites connaître cette histoire au monde entier
Meghan Markle poursuivie en diffamation: un juge ordonne à la femme du prince Harry de témoigner dans le procès intenté contre elle
Prince Harry et Meghan Markle, lors de leur interview avec Oprah Winfrey. (Photo: Capture d’ecran de CBS Mornings/Youtube)
Meghan Markle bientôt à la barre pour répondre de ses « fausses et malveillantes déclarations » dans le but de nuire à sa demi-sœur Samantha, lors de son interview choc avec Oprah Winfrey en 2021, a ordonné un juge de Floride.

Plus rien ne va plus pour les Sussex. Après leur baisse de popularité, un juge vient d’ordonner à la duchesse de Sussex de se présenter à la barre pour témoigner dans le procès pour diffamation intenté contre elle par sa demi-sœur Samantha Markle.

L’affaire remonte en mars 2022, lorsque Samantha Markle, la demi-sœur de Meghan Markle a porté plainte contre l’ancienne star de la série Suit pour avoir fait des « déclarations fausses et malveillantes » à son sujet et sur leur père Thomas Markle, lors de l’interview explosive du couple avec Oprah Winfrey en mars 2021, après le Megxit.

Lors de l’interview en question, la belle-sœur de Kate Middleton affirmait avoir grandi « comme une enfant unique », et, par conséquent, ne pas vraiment connaître sa demi-sœur. Elle répondait aux questions sur l’attitude de sa famille paternelle, qui s’épanchait à son sujet dans les médias depuis son mariage avec le frère du prince William.

D’après les documents juridiques relayés par CNN, Samantha accuse Meghan Markle d’avoir faussement prétendu être « un enfant unique » et d’avoir menti sur la dernière fois qu’elles s’étaient vues. Dans la plainte, elle affirme par ailleurs que les propos de Meghan Markle étaient destinés à « détruire sa réputation » et « l’ont soumise à l’humiliation, à la honte et à la haine à l’échelle mondiale ».
Celle qui accuse Meghan Markle de l’avoir diffamé déclare également dans sa poursuite, que la femme du prince Harry avait utilisé « les puissantes ressources de relations publiques de la famille royale » pour répandre « des mensonges dans le monde entier » sur elle et son père dans le cadre d’une « campagne préméditée visant à détruire leur réputation et leur crédibilité ». Elle réclame en conséquence 75.000 dollars de dommages et intérêts ainsi que le remboursement des frais juridiques.

Elle témoignera, malgré la requête

Les avocats de Meghan Markle avaient déposé une requête pour empêcher qu’elle et son mari ne soient cités à comparaître et interrogés sous serment dans l’affaire. Mais sa requête a été rejetée ce mardi 7 février par la juge Charlene Edwards Honeywell.

Par ailleurs, malgré la plainte déposée par sa sœur, Meghan avait réaffirmé dans leur série documentaire de Netflix, Harry & Meghan, qu’elle n’avait pas vu sa sœur depuis plus d’une décennie, et qu’elle n’avait pas de relation avec elle.

« Je ne connais pas ton deuxième prénom. Je ne connais pas ta date de naissance. Et tu dis aux gens que tu m’as élevée, que tu m’appelais Princesse Pushy ? Il n’y avait pas de brouille entre nous, car nous nous n’étions pas assez proches pour ce genre de chose. » avait ainsi déclaré la femme du prince Harry.

Samantha Markle a cependant apporté un démenti aux propos de Meghan. Elle maintient qu’elles ont passé beaucoup de temps ensemble quand elles étaient jeunes. Elle dit qu’elle et Meghan ont eu de bonnes relations jusqu’en 2018, année où elle a épousé le prince Harry. La duchesse aurait coupé le pont à ce moment-la. Et selon Samantha, la raison pour laquelle Meghan n’avait invitée aucun membre de sa famille à son mariage, à part sa mère, c’est parce qu’elle avait peur que les nombreux mensonges racontés à la famille royale ne soient dévoilés, comme le fait qu’elle a étudié les relations internationales ou qu’elle travaillait à l’ambassade américaine en Argentine.

Elle nie également avec avoir changé son nom de famille en Markle lorsque sa demi-sœur a commencé à fréquenter le prince Harry, comme la duchesse l’avait déclaré.

La fille aînée de Thomas Markle réclame un procès devant un jury, qui va devoir décider si oui ou non Meghan avait diffamé sa sœur. Avec leur baisse de popularité aux États-Unis, et quand on voit le déroulement du procès en diffamation de Johnny Depp contre Amber Heard, lui aussi jugé devant un jury, on ne donne pas cher de la peau de la duchesse

Faites connaître cette histoire au monde entier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *