L’anxiété sociale : 6 signes pour la reconnaître

Faites connaître cette histoire au monde entier
L’anxiété sociale, souvent confondue à tort avec le trac, peut constituer un frein à la vie sociale, familiale et professionnelle des personnes qui en sont atteintes.

L’anxiété sociale ou la phobie sociale, qu’est ce que c’est ?

L’anxiété sociale, également appelée la phobie sociale, fait partie des troubles anxieux, tout comme l’état de stress post-traumatique et les troubles obsessionnels compulsifs.

Elle exprime une timidité maladive et se caractérise par une peur intense d’interagir avec d’autres personnes et des situations dans lesquelles la personne phobique est confrontée aux regards des autres. En outre, cette peur devient rapidement une angoisse profonde lorsqu’on est amenée à prendre la parole en public ou simplement lorsqu’on est observée par des personnes ne faisant pas partie de notre entourage.

Lire aussi: La dépendance affective: les 11 signes à connaître

Les causes de l’anxiété sociale

Les causes de l’anxiété sociale peuvent être multiples et variées. Selon de nombreuses études, il apparaît que des facteurs neurobiologiques, éducatifs, environnementaux et psychologiques entreraient en jeu dans l’apparition de l’anxiété sociale.

Et bien qu’aucun gène n’ait été clairement identifié, des études mettent en avant un risque familial héréditaire. Ainsi, si l’un des membres d’une famille souffre d’anxiété sociale, il y a une forte probabilité qu’un autre membre de cette famille soit atteint par ce trouble.

Par ailleurs, l’environnement familial et l’éducation semblent également jouer un rôle dans la survenue d’une phobie sociale. Des études ont montré que les personnes atteintes d’anxiété sociale sont très souvent issues de familles dans lesquelles il y a peu d’interactions avec l’environnement extérieur. Elles auraient en effet bénéficié d’une surprotection parentale dans leur enfance, ce qui ne les aurait pas incitées à aller au contact des autres.

De plus, des expériences marquantes et traumatisantes en lien avec la prise de parole, l’exposition au regard et à l’évaluation des autres peuvent aussi être à l’origine de ce trouble.

Les signes pour reconnaître l’anxiété sociale
1. Le bégaiement

le bégaiement est le premier des symptômes qui témoignent de l’anxiété sociale. Elle renforce la phobie sociale, car les gens ont souvent tendance à se moquer de quelqu’un qui bégaie. Et malheureusement, ces réactions sociétales induisent la personne atteinte d’une crainte à prendre la parole au risque d’être exposée aux moqueries des autres.

2. Des rougeurs ou des sueurs froides

L’apparition de plaques rouges sur le visage ou dans le cou lors de discussions qui nécessitent un regard franc, durant une conversation ou encore un événement social, est une manifestation physique de l’anxiété sociale. Par ailleurs, le fait de transpirer ou de ressentir des sueurs froides est causé par le stress qu’on ressent.

3. Des troubles de l’attention

L’anxiété sociale détourne bien souvent les personnes atteintes de leurs activités, car elles ne peuvent pas rester concentrées longtemps. S’ils ne sont pas soignés, ces troubles peuvent entraîner des pertes de mémoires légères qui conduiront à des oublis fréquents.

4. L’inhibition

Les gens atteints de phobie sociale sont souvent introvertis parce que la peur d’être jugée dicte leurs actions.

5. Des anticipations anxieuses

Ceux qui souffrent de l’anxiété sociale ont tendance à se projeter très loin et de manière négative. Ils ressentent de la peur et de l’angoisse en pensant aux éventuelles rencontres et interactions à venir en imaginant des scénarios catastrophiques.

6. Des comportements d’évitement

Le signe le plus évocateur de l’anxiété sociale, c’est l’absence de contacts sociaux qui s’opère par des stratégies d’évitement. On se met à fuir tout ce qui pourrait nous confronter à nos angoisses. On préfère par exemple, envoyer des mails ou des sms pour éviter d’appeler directement une personne. Et on trouve sans cesse des excuses pour décliner des sorties. On va jusqu’à se faire livrer pour éviter de faire ses courses en magasin, …

Lire aussi: La peur de l’abandon: 7 signes pour le reconnaître

Les personnes atteintes de cette phobie prêtent une grande attention aux comportements des autres et les interprètent toujours négativement. Elles ont parfois l’impression d’être rejetées et critiquées et ont souvent une faible estime d’elles-mêmes. Mais elles ont surtout peur de prendre la parole en public. De manger ou de boire en public, de participer à des réunions. Voire même de devoir téléphoner à des personnes non-familières.

Alors si vous vous reconnaissez dans ces symptômes, n’hésitez pas à chercher de l’aide en consultant des spécialistes.

Faites connaître cette histoire au monde entier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *