Le “Shadow Journal” : une méthode thérapeutique pour mieux se connaître

Faites connaître cette histoire au monde entier
Le “Shadow Journal” : une méthode thérapeutique pour mieux se connaître
Image source: Vlada Karpovich/Pixels
Et si vous aviez enfin trouvé le secret pour mieux vous connaître, gérer vos émotions négatives et améliorer votre santé mentale ? Découvrez comment le « shadow journal », cette méthode thérapeutique vieille de plusieurs décennies, peut vous aider à faire face aux doutes et à l’anxiété.

L’anxiété, le stress, les doutes, les regrets, les complexes, voilà autant de sujets que l’on a tendance à garder pour soi. Pourtant, il existe une méthode simple et efficace pour les affronter : le « shadow journal».

Qu’est-ce qu’un «shadow journal» ?

C’est un carnet dans lequel on peut se confier sur tous les sujets que l’on a décidé de garder « dans l’ombre ». Cet outil consiste à écrire dans un joli cahier, un carnet ou des pages toutes les questions que l’on n’ose pas se poser frontalement. Les questions peuvent être très variées : Quels défauts, actions ou attitudes me pèsent sur la conscience ? Quels choix suis-je en train de regretter aujourd’hui ? Quelles émotions ai-je tendance à fuir ? Qu’est-ce qui me rend heureux ? Qu’est-ce qui me rend triste ou en colère ?… vous l’avez compris, vous pouvez vous poser autant de questions que vous voulez.

Le « shadow journal” qu’on peut traduire par “journal de l’ombre” est utilisé pour explorer leurs pensées, les émotions et les expériences vécues. Il peut être utilisé comme un moyen de mieux comprendre ses propres motivations et ses actions, ainsi que de clarifier ses objectifs et ses aspirations.

Shadow Journal: Une technique vieille de près d’un siècle

Cette technique, bien qu’efficace, n’est pas nouvelle. En effet, l’origine du concept « journal de l’ombre » remonte à 1934 dans un article intitulé Archétypes et inconscient collectif écrit par le grand psychiatre suisse Carl Jung. Il a mis en avant l’importance d’explorer sa part d’ombre pour mieux se connaître et tenter de résoudre ses problèmes affectifs et intérieurs.

Ainsi le shadow journal est psychanalyste, et consiste donc à cultiver l’introspection sans tabou. Il permet de se confronter à tout ce qui n’est pas visible, mais ancré au plus profond de soi, pour trouver des réponses à des questions loin d’être agréables. Le concept du shadow journal est en effet basé sur l’idée que nous avons tous une « part d’ombre », c’est-à-dire des pensées, des émotions et des motivations qui sont souvent inconscientes ou qui sont difficiles à exprimer à voix haute. En écrivant dans un journal, nous pouvons explorer ces aspects de nous-mêmes en toute sécurité et sans jugement des autres, ce qui peut nous aider à mieux comprendre qui nous sommes et ce que nous voulons dans la vie. 

Tenir un journal papier permet en outre de donner de la matière à toutes les réflexions personnelles. En posant les questions les plus intimes sur papier, on les matérialise et assume leur importance. Ce qui constitue un premier pas vers une meilleure compréhension de sa psyché et de son comportement.

Mais attention, il ne s’agit pas seulement d’écrire des questions, il faut également y répondre calmement, en face à face avec soi-même. À la manière d’un journal intime, qui permet de mieux gérer ses émotions négatives, d’entretenir une conscience plus aiguë de soi et de faire le bilan régulièrement, un « shadow journal » aide à mieux se retrouver si l’on éprouve des doutes et des incertitudes.

Comment utiliser le « Shadow Journal »

Le « shadow journal » peut être utilisé de plusieurs manières. Certaines personnes écrivent dans leur journal de l’ombre tous les jours, en réfléchissant sur les événements qui se sont produits et en explorant leurs émotions et leurs pensées à leur sujet. D’autres personnes l’utilisent au contraire de manière plus ciblée, en explorant un thème ou un problème particulier qui les préoccupe.

Le shadow journal peut par ailleurs être utilisé comme un outil pour améliorer notre bien-être mental et émotionnel. En écrivant continuellement dans un journal, nous pouvons réduire notre stress et notre anxiété en exprimant nos pensées et nos émotions plutôt que de les garder pour nous-mêmes. Ce qui peut aider à développer notre confiance en nous-mêmes, et permettre de mieux comprendre nos forces et nos faiblesses.

Par ailleurs, selon la psychologue clinicienne Jennifer Mullan, qui s’exprime dans le magazine Teen Vogue, l’idée du “Shadow journal” est de finir par s’aimer davantage, même avec ses défauts. S’interroger plus sur sa colère, son perfectionnisme, sa place dans le monde ou encore son autodépréciation. Ce qui permet de se sentir bien mieux dans sa peau, et dans sa tête. En effet, assumer ses émotions négatives est un acte positif pour sa santé mentale. Cela permet notamment d’accepter sa tristesse, sous forme de questions et de réponses, et ainsi éviter de se renfermer sur soi-même, de demeurer dans le déni, et de garder en soi des affects beaucoup trop douloureux.

Comme vous l’avez sans doute remarqué, le « shadow journal » implique de faire un travail profond et impudique sur soi-même. Une pratique qui n’est pas toujours évidente, mais qui fait le plus grand bien. 

Faites connaître cette histoire au monde entier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *