«Attraction sexuelle génétique»: Ce père et sa fille se sont mis en couple ensemble

Faites connaître cette histoire au monde entier
"Attraction sexuelle génétique»: Ce père et sa fille se sont mis en couple ensemble
 Crédit: 60 Minutes Australia/YouTube
Un père et sa fille se sont mis en couple à cause d’un phénomène appelé “attraction sexuelle génétique ». Cette histoire s’est déroulée en Australie, où John Deaves et sa fille Jenny ont eu une relation amoureuse. On vous en dit plus sur leur histoire.

John Deaves et sa fille Jenny, d’Australie, ont commencé leur relation en 2000. Alors que Jenny avait été séparée de John, le rencontrant que trois fois auparavant, ils se sont réunis et leur relation s’est transformée en une liaison.

D’après les informations rapportées par le site Lad Bible, John et Jenny avaient été séparés des années plus tôt, à cause des histoires de famille. Elle n’était âgée que d’une année la dernière fois qu’elle avait vu son père. Et comme Charles Aznavour l’a si bien dit “le hasard est curieux, il provoque les choses ”, car c’est par le billet du hasard qu’ils se sont retrouvés un jour. Cependant, alors qu’ils ne s’y attendaient pas, ils se sont retrouvés à être attirés sexuellement l’un par l’autre. Et la relation père-fille s’est transformée en une liaison amoureuse.

L’émission 60 Minutes Australia affirme que cette relation est due à une « attraction génétique sexuelle ». Cela s’expliquerait par une attirance sexuelle qui se développerait à l’âge adulte envers un proche parent selon de nombreuses études.

Mais ce n’est pas tout. Car à l’époque, chacune des deux personnes était mariée chacune de leur côté. John était à son troisième mariage, une femme prénommée Dorothy. Tandis que Jenny elle, était mariée et avait trois enfants.

« L’honnête époux »

En bon époux honnête, une fois rentré à son domicile, John se serait confié à sa femme Dorothy sur cette relation extra-conjugale incestueuse. Il aurait par ailleurs même déclaré à sa femme « que c’était le meilleur sexe qu’il ait jamais eu de toute sa vie ».

« Quand ils sont revenus ici, il m’a dit que c’était le meilleur sexe qu’il ait jamais eu »,déclara Dorothy à l’Australian Associated Press. « Si ça ne vous dégrade pas, je ne sais pas ce qui le fait. C’était mon second mariage, et vous avez l’impression… que vous avez une très mauvaise opinion de vous-même. »

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. John et sa fille se sont séparés de leur partenaire respectif et ont ensuite décidé de se mettre en couple. Le couple a même eu des enfants. Deux, pour être plus précis. Cependant, l’un des enfants est décédé peu de temps après sa naissance.

Dans l’émission 60 Minutes Australia, Jenny s’est confiée sur cette relation et du moment où ses sentiments pour son père ont changé :

« Après avoir passé quelques jours avec lui, je me suis aperçu que mes émotions évoluaient , j’ai commencé à le considérer comme un homme. je le voyais comme un homme, non comme mon père. Je le voyais comme une personne, comme quelqu’un qui aimait, qui se souciait de moi. Et je me suis dit ‘Oh, il n’est pas si mal’”, déclara-t-elle. Elle ajouta par ailleurs: « La chose la plus importante que les gens doivent se rappeler, cest que John et moi sommes dans cette relation en tant qu’adultes consentants. Nous ne nous faisons pas de mal, ajouta Jenny.« 

« Il savait que c’était illégal »

Dans l’émotion, le couple a confié qu’il savait que c’était illégal, mais qu’il ne pouvait aller contre leur cœur. Selon John, les sentiments et les émotions ont pris le dessus. Il ne pouvait rien faire pour les combattre.

“Les émotions prennent le dessus, comme les gens le savent sans doute, il y a des moments de votre vie où les émotions règnent sur le cœur, elles règnent sur la tête, declara John.” “Je savais que c’était illégal, bien sûr que je savais que c’était illégal, mais vous savez, et alors ?

“Nous avons essayé de les séparer”

S’adressant à 9 Stories, Dorothy a expliqué qu’elle et la mère de Jenny , avaient essayé de séparer le couple père-fille. « Avec sa mère (Joan), nous avons essayé de les séparer. Nous avons essayé de faire appliquer la loi, mais ils se sont échappés », a déclaré Dorothy. « Aujourd’hui elle n’est plus avec lui. Et honnêtement c’est tout ce qui m’importe. Ils pensent toujours qu’ils n’ont rien fait de mal. Maintenant, je suis juste content de m’être débarrassé de lui. Je suis content que tout soit fini. »

Pour rappel, l’attraction sexuelle génétique (GSA) est une théorie qui suggère que des personnes génétiquement proches peuvent ressentir une attraction sexuelle après une longue séparation. Ce phénomène peut survenir lorsque des consanguins proches (frère et sœur, mère et fils, père et fille, etc.) se rencontrent à l’âge adulte, généralement après une séparation tôt dans la vie. Si une relation sexuelle est consommée entre consanguins, elle peut être soumise au tabou de l’inceste et entraîner des conséquences juridiques pour les parties impliquées et les familles associées. Car une relation d’inceste, même si elle est consentie est illégale.

Le terme « GSA » a été inventé aux États-Unis dans les années 1980 par Barbara Gonyo, fondatrice d’un groupe de soutien pour les personnes adoptées.

Faites connaître cette histoire au monde entier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *